construction de situations professionnelles

Petite présentation des apports de la formation
« mise en œuvre du bac pro ASSP » au CNFETP de Lyon

Formatrice : Mme Martine LOVERA

Durée : 2 jours (12h)

Objectifs :
– S’approprier les contenus et les mécanismes du référentiel Bac Pro ASSP pour construire des situations professionnelles adaptées) l’option domicile ou à l’option en structure » par équipe (STMS/Biotechnologies)

Méthodologie pour construire une situation professionnelle

Il faut partir des attentes du milieu professionnel donc des fonctions du Référentiel des Activités Professionnelles (RAP). Il est préférable de commencer par la fonction C (Réalisation) avant A et B qui sont plus transversales et « satellites » de la fonction C. Ensuite, il faut sélectionner des activités dans chaque fonction choisie. Dans chaque activité, il faut ensuite sélectionner les tâches.

Ensuite à partir de ces tâches, le Référentiel de Certification (RC) permet de lister les compétences et sous-compétences correspondantes et de choisir les indicateurs d’évaluation nécessaires. Il est possible alors de sélectionner les savoirs associés spécifiques (techniques professionnelles et technologie associées) et leurs limites de connaissances.

Ensuite, on sélectionne les savoirs associés (SMS, nutrition-alimentation, biologie et microbiologie appliquées) et leurs limites de connaissances.

A partir de ces éléments, on écrit le texte de la situation professionnelle en précisant le contexte (la structure et le type d’usagers) et les tâches ou les activités que doit effectuer l’élève en PFMP. Ensuite, on vérifie et complète les savoirs associés (SMS, nutrition- alimentation, biologie et microbiologie appliquées) et leurs limites de connaissances.

Remarques pédagogiques :

– La situation professionnelle est une stratégie pédagogique qui donne du sens aux apprentissages. Elle réunit les conditions dans lesquelles l’élève se trouve dans le cadre professionnel.

– Pour rédiger les situations professionnelles, il faut mettre l’élève en situation professionnelle : « Vous êtes en PFMP en …( la structure) », il faut lister les tâches qu’il doit effectuer.

– Les compétences et sous-compétences c’est-à-dire les « Savoir Faire » doivent être précisées par les indicateurs d’évaluation au moment de la mise en œuvre de ceux-ci.

– Les connaissances doivent être précisées par les limites de connaissances qui indiquent la manière de les restituer.

– Environ 4 à 5 situations professionnelles, d’une durée de 4 à 6 semaines chacune, sont à prévoir sur une année, mais en 2nde il faudrait ajouter une période banalisée (sur le temps de l’enseignement professionnel) à la rentrée pour préparer le futur opérateur.

– La PRAP2S +/- le SST sont à programmer si possible pendant la période banalisée en début de 2nde (début de la PRAP : 6 compétences + charges inertes, l’apprentissage des techniques sera étalé dans le temps).

– Il est préférable de ne pas parler « matière » mais d’enseignement professionnel théorique et/ou pratique assuré par le professeur de STMS et le professeur de biotechnologies.

Remarques pratiques :
– Il est pratique de surligner (dans un référentiel réservé à cet usage) au fur et à mesure de la construction des situations, tout ce qui a été sélectionné pour pouvoir répartir l’ensemble des compétences et connaissances sur les 3 années de formation.
– Le référentiel provisoire (qui permettait de visualiser en caractère italique les activités de niveau 5 et en gras celles de niveau 4) ainsi que le référentiel provisoire du BEP ASSP peuvent aider à ordonner les compétences à traiter.

Informations concernant la certification intermédiaire
Le diplôme intermédiaire sera le BEP ASSP.
Il s’obtiendra par certifications intermédiaires en CCF.

Pour approfondir et mettre en pratique tout ceci, je vous conseille vivement de participer aux prochaines formations en novembre 2011 (s’informer auprès du CNFETP de Lyon).

Je remercie Mme LOVERA pour les compléments qu’elle a apporté à cet article et pour son accord de publication.

Céline BREYSSE